Biographie Pierre Belain d’Esnambuc

Biographie Pierre Belain d’Esnambuc
Domaine-Karaibes

Pierre Belain d’Esnambuc voit le jour le 9 mars 1585 à Allouville au manoir de Quenouville en Normandie. Son père Nicolas Blain était seigneur de Quenouville et d’Esnambuc.

Sa famille se voit dans l’obligation de vendre le fief d’Esnambuc qui était sensé lui revenir un jour pour rembourser ses dettes. Il s’engage alors dans une vie rythmée par la navigation après avoir passé des années à façonner sa musculature (travaux des champs, équitation, manœuvre de petits voiliers). Sa première expédition a lieu le 24 février 1603 où il faisait partie de la barque le Petit Argus. Cette modeste embarcation prît le large depuis le Havre à destination des Antilles qui étaient à l’époque désignées par « les Cannibales » et « la côte du Brésil ». Esnambuc était déterminé à retrouver sa fortune perdue en faisant du commerce de contrebande avec les colons espagnols et les indiens. Il a durant de nombreuses années pratiqué la piraterie artisanale espérant ainsi faire fortune.

Le 21 janvier 1620, il est à la tête de la Marquise. Cette embarcation pourvue d’un équipage de 60 hommes se dirige vers la Guinée et les côtes brésiliennes.

En 1623, une course contre un galion espagnol qui a mal tourné le contraint à trouver refuge sur l’île de Saint-Christophe (île des petites Antilles) où il se heurta à 400 colons britanniques. Un accord à l’amiable est conclu entre eux et l’île devient moitié française moitié britannique. Il s’évertue durant 2 années à développer cette île. A tel point qu’en 1625, Richelieu l’autorise à coloniser les îles qui n’étaient pas occupées par des chrétiens. Il fonde alors la compagnie des îles de Saint-Christophe en 1926. A l’époque conquérir de nouvelles contrées figurait parmi les priorités du gouvernement alors en place.

Accomplissements

Esnambuc a donc fondé la première colonie française des Antilles à Saint-Christophe en 1926 en compagnie de René, Nicolas et Adrien Dyel, il occupa de 1625 à 1635 la Tortue, la Guadeloupe, et Marie-Galante. Sa dernière colonisation en date fut celle de la Martinique fin août 1635 où il avait alors rassemblé 150 colons pour en prendre possession. Entre-temps, le 7 mars 1635 Richelieu le nomma comme gouverneur général des îles d’Amérique. Il laisse le commandement de Fort Saint Pierre en Martinique à Jean Dupont celui de la Dominique à Philippe Levayer de la Vallée mais les français s’en retireront bientôt. Les colons de Martinique se retrouvèrent aussi sérieusement menacés lors d’une attaque de 1500 guerriers venus de Martinique, de Dominique, de Guadeloupe, et de Saint-Vincent. Mais cela se conclut par un traité de paix.

Jacques Dyel du Parquet

Étant déjà malade depuis une année, Pierre d’Esnambuc décède en décembre 1936. Son neveu Jacques Dyel du Parquet deviendra en 1937 gouverneur de Martinique après que Dupont ait été fait prisonnier par les espagnols à Santo Domingo. Pierre D’Esnambuc est considéré comme le premier fondateur des établissements français aux Antilles en 1635 qui sont la Guadeloupe et la Martinique.

Aujourd’hui, son nom figure aussi bien dans sa région natale que dans les colonies qu’il a dirigées en hommage à ses accomplissements. Une statue à son effigie se tient dans la place de la Savane à Fort-de-France et une rue portant son nom existe au Havre.

[Total : 3    Moyenne : 5/5]

Translate »